Toutes vos citations sur Chuchotements



 Qu'est-ce ?

Le site Chuchotements vous propose des citations littéraires, philosophiques ou poétiques issues des plus grands ouvrages de la langue française dans le respect des intentions des auteurs en tentant de privilégier la qualité sur la quantité. Ainsi, plutôt que de favoriser de très courts extraits de textes, les citations proposées ici sont en général plus complètes que celles que vous pourrez trouver sur d'autres sites de citations généralistes.

Lire la suite...



 Par où commencer ?

Pour une recherche rapide par mot clef (sur un extrait de citation d'un ou plusieurs mots), utiliser la boîte de recherche dans le menu à gauche de la page.

Pour l'espace Citations (aussi accessibles par le menu "Consulter" de la barre de menu en haut, ou via les accès rapides dans le menu à gauche de la page):

Consulter les citations

Consulter les auteurs

Consulter les oeuvres

Consulter les ebooks

Consulter les thématiques






Lire la suite...



Citation aléatoire:


Philosophie


Toi, qui longtemps battu des vents et de l'orage,
Jouissant aujourd'hui de ce ciel sans nuage,
Du sein de ton repos contemple du même oeil
Nos revers sans dédain, nos erreurs sans orgueil;
Dont la raison facile, et chaste sans rudesse,
Des sages de ton temps n'a pris que la sagesse,
Et qui reçus d'en haut ce don mystérieux
De parler aux mortels dans la langue des dieux;
De ces bords enchanteurs où ta voix me convie,
Où s'écoule à flots purs l'automne de ta vie,
Où les eaux et les fleurs, et l'ombre, et l'amitié,
De tes jours nonchalants usurpent la moitié,
Dans ces vers inégaux que ta muse entrelace,
Dis nous, comme autrefois nous l'aurait dit Horace,
Si l'homme doit combattre ou suivre son destin?
Si je me suis trompé de but ou de chemin?
S'il est vers la sagesse une autre route à suivre?
Et si l'art d'être heureux n'est pas tout l'art de vivre.


Par: Alphonse de Lamartine
Extrait de: Méditations poétiques (1820)

Ajoutée par Savinien le 15/09/2012

Dernières citations ajoutées:



Qui ne s'est attendri au souvenir des jeux, des études, des amours de ses premières années? Mais peut-on leur rendre la vie? Les plaisirs de la jeunesse reproduits par la mémoire sont des ruines vues au flambeau.


Par: Albert Camus
Extrait de: La peste (1947)

Ajoutée par Savinien le 25/05/2018



J'ai connu un médecin provençal, le docteur Vigaroux; arrivé à l'âge où chaque plaisir retranche un jour, "il n'avait point, disait-il, de regret du temps ainsi perdu; sans s'embarrasser s'il donnait le bonheur qu'il recevait, il allait à la mort dont il espérait faire sa dernière délice". Je fus cependant témoin de ses pauvres larmes lorsqu'il expira; il ne put me dérober son affliction; il était trop tard: ses cheveux blancs ne descendaient pas assez bas pour cacher et essuyer ses pleurs. Il n'y a de véritablement malheureux en quittant la terre que l'incrédule: pour l'homme sans foi, l'existence a cela d'affreux qu'elle fait sentir le néant; si l'on n'était point né, on n'éprouverait pas l'horreur de ne plus être: la vie de l'athée est un effrayant éclair qui ne sert qu'à découvrir un abîme.


Par: Albert Camus
Extrait de: La peste (1947)

Ajoutée par Savinien le 25/05/2018



Sa grande prétention était au calme et personne n'était aussi troublé que lui: il se surveillait pour arrêter ces émotions de l'âme qu'il croyait nuisibles à sa santé, et toujours ses amis venaient déranger les précautions qu'il avait prises pour se bien porter, car il ne se pouvait empêcher d'être ému de leur tristesse ou de leur joie: c'était un égoïste qui ne s'occupait que des autres.


Par: Albert Camus
Extrait de: La peste (1947)

Ajoutée par Savinien le 25/05/2018