Toutes vos citations sur Chuchotements



 Qu'est-ce ?

Le site Chuchotements vous propose des citations littéraires, philosophiques ou poétiques issues des plus grands ouvrages de la langue française dans le respect des intentions des auteurs en tentant de privilégier la qualité sur la quantité. Ainsi, plutôt que de favoriser de très courts extraits de textes, les citations proposées ici sont en général plus complètes que celles que vous pourrez trouver sur d'autres sites de citations généralistes.

Lire la suite...



 Par où commencer ?

Pour une recherche rapide par mot clef (sur un extrait de citation d'un ou plusieurs mots), utiliser la boîte de recherche dans le menu à gauche de la page.

Pour l'espace Citations (aussi accessibles par le menu "Consulter" de la barre de menu en haut, ou via les accès rapides dans le menu à gauche de la page):

Consulter les citations

Consulter les auteurs

Consulter les oeuvres

Consulter les ebooks

Consulter les thématiques






Lire la suite...



Citation aléatoire:



Si je retournais dans le monde, j'aurais toujours dans ma poche un bilboquet, et j'en jouerais toute la journée pour me dispenser de parler quand je n'aurais rien à dire. Si chacun en faisait autant, les hommes deviendraient moins méchants, leur commerce deviendrait plus sûr, et je pense, plus agréable.
Enfin, que les plaisants rient s'ils veulent, mais je soutiens que la seule morale à la portée du présent siècle est la morale du bilboquet.


Par: Jean-Jacques Rousseau
Extrait de: Les confessions (1782)

Ajoutée par Savinien le 04/11/2010

Dernières citations ajoutées:



La lettre lue, elle la baisa tendrement et la mit sur son coeur. Puis, avec un sourire plein de tristesse: Dieu vous garde, chère âme de ma vie! Dit-elle. J'ignore où vous êtes; mais Dieu le sait, et mes prières savent où est Dieu.


Par: Alexandre Dumas (père)
Extrait de: La comtesse de Charny (1853)

Ajoutée par Savinien le 19/03/2019



Il en est ainsi, au reste, de tout amour profond et réel; présent, l'être qui en est l'objet apparaît, aux yeux de celui ou de celle qui croit avoir à s'en plaindre, avec toutes les aspérités de la présence. A cette courte distance qu'il est de nous, tous les reproches qu'on croit avoir à lui faire semblent fondés; défauts de caractère, bizarreries d'esprit, oublis de coeur, tout apparaît comme à travers un verre grossissant; on ne comprend pas qu'on ait été si longtemps sans voir toutes ces défectuosités amoureuses, et que si longtemps on les ait supportées.
Mais l'objet de cette fatale investigation s'éloigne-t-il, de sa propre volonté ou par force, à peine éloigné, ces aspérités, qui, de près, blessaient comme des épines, disparaissent; ces contours trop arrêtés s'effacent; le réalisme trop rigoureux tombe sous le souffle poétique de la distance et au regard caressant du souvenir; on ne juge plus, on compare, on revient sur soi-même avec une rigueur mesurée à l'indulgence qu'on ressent pour cet autre, que l'on reconnaît avoir mal apprécié, et le résultat de tout ce travail du coeur, c'est qu'après cette absence de huit ou dix jours, la personne absente nous semble plus chère et plus nécessaire que jamais.


Par: Alexandre Dumas (père)
Extrait de: La comtesse de Charny (1853)

Ajoutée par Savinien le 19/03/2019



On s'attache par les services qu'on rend, bien plus qu'on n'est attaché par les services qu'on reçoit. C'est qu'il y a, dans le coeur de l'homme, bien plus d'orgueil que de reconnaissance.


Par: Alexandre Dumas (père)
Extrait de: La comtesse de Charny (1853)

Ajoutée par Savinien le 19/03/2019